Versions:

Under-writing Beyrouth – Nahr (le mot arabe pour rivière)[1] enquête sur les zones urbaines adjacentes à la rivière de Beyrouth, en particulier la zone nommée Jisr el Wati (le pont bas en anglais)[2]. Dans ce projet, j'observe le passé, l'histoire sociologique, politique et économique de cette région, d'un point de vue actuel (du présent), afin de comprendre et de produire des récits qui ont un sens aujourd'hui et qui sont révélateurs du passé. Quel genre de récits peuvent émerger de, et être déclenchés par de tels endroits, plutôt que de les représenter? C'est une question que j'ai soulevé dans mon film And the living is easy (2014). Comment les décisions politiques ou leur l'absence ont transformé la région, et comment cela se traduit-il dans sa vie quotidienne, faisant de cette zone l'espace où les problèmes les plus cruciaux du Liban convergent? Comment un tel endroit modèle et affecte la production de l'art?

 

Image vidéo par Lamia Joreige. Avec l'autorisation de Lamia Joreige.

Vue de Jisr el Wati (Le pont et l'autoroute). Image vidéo par Lamia Joreige. Avec l’autorisation de Lamia Joreige.

Vue de Sahat el Abed (ancienne station de train). Image vidéo par Lamia Joreige. Avec l’autorisation de Lamia Joreige.

Vue de fleuve de Beyrouth. Image vidéo par Lamia Joreige. Avec l’autorisation de Lamia Joreige.

Travailleurs de la construction à Jisr el Wati. Image vidéo par Lamia Joreige. Avec l’autorisation de Lamia Joreige.

 

Ma participation initiale dans ce paysage a commencé en 2004, lors de la recherche d'un espace pour établir Beirut Art Center (BAC),[3] que je ai co – fondée avec Sandra Dagher, et qui a ouvert dans cette région en janvier 2009. Notre choix final s'est porté sur cette région par la nécessité de trouver un grand espace et les restrictions financières liées au projet. En effet, l'endroit était surtout rempli d'usines et d'entrepôts, construits à l'origine dans les années 40, 50 et 60. Aujourd'hui, le quartier est largement diversifié sur le bord de la ville de Beyrouth, à la fois en termes de population et d'activités économiques. Cette diversification s'étend sur plusieurs nationalités et groupes ethniques des réfugiés et des travailleurs migrants. Economiquement, la diversification reflète les activités de la population allant des artisans, artistes, et prostituées aux ouvriers de la construction, architectes, ingénieurs et sociétés de développement immobilier. Bien que faisant administrativement partie d'Achrafieh à Beyrouth, l'endroit est perçu comme la périphérie de la ville.   

lamia-joreige-klfp02v2-train-station-_w.jpg

Un quartier industriel autour de la gare de marchandises. Helmut Ruppert, Beyrouth, une ville d'Orient marquée par l'Occident, . Les Cahiers du CERMOC n°21. © Presses de l'Ifpo, Beyrouth, 1999, p.166.
Un quartier industriel autour de la gare de marchandises. Helmut Ruppert, Beyrouth, une ville d'Orient marquée par l'Occident, . Les Cahiers du CERMOC n°21. © Presses de l'Ifpo, Beyrouth, 1999, p.166.

La transformation récente et rapide de cet endroit invite à une réflexion sur plusieurs aspects entrecroisés qui engagent la rivière et ses environs. Le premier s'articule autour de l'emplacement de Nahr Beyrouth par rapport à la ville et entretient l'idée de «border scape »[4]. Tout en définissant la bordure orientale de la ville, la rivière sert à la fois de connecteur et de séparateur entre Beyrouth et ses banlieues.[5] Le deuxième aspect est celui de la population migrante diversifiée qui a toujours été située à la périphérie de la ville, en absorbant l'excédent des nouveaux venus au centre urbain, ce qui a conduit à la création de colonies de peuplement par la rivière, et qui a constitué plus tard ce qui a été nommé la «ceinture de la misère.»[6] Un dernier aspect implique la possibilité d'embourgeoisement de cette zone, l'une des rares qui soit restée sous-exploitée dans la capitale. Cela se traduit par le développement rapide de ce qui fut un quartier non résidentiel à caractère pauvre et délabré, abritant des usines et une gare abandonnées, ainsi que des pratiques illégales telles que la prostitution et la criminalité, pour devenir un lieu d'intérêt pour les artistes et bientôt un quartier résidentiel rempli de tours d'habitation.

 

«Plus près de la côte, à l'est encore une fois, donnant sur le port moderne et bordé par une rivière qui porte le nom de la ville, Nahr Beyrouth (connu par les anciens Romains sous le nom de Magoras), la colline de Ashrafiyeh s'élève à une hauteur de plus de trois cent pieds.»[7]

 

Nahr Beyrouth définit la frontière orientale de Beyrouth depuis le décret officiel de 1956.[8] Elle jaillit des pentes occidentales du Mont-Liban et continue vers l'ouest puis le nord séparant Beyrouth de sa banlieue Est. Elle se jette dans le nord de la côte méditerranéenne, à Beyrouth, à l'est du port. Les Romains avaient construit un barrage pour dévier l'eau sous la source Daychounieh, afin d'acheminer l'eau à la ville grâce à l'aqueduc de Zubayda. Le système a fourni de l'eau à la ville jusqu'à ce qu'il tombe en ruines au début de l'époque ottomane. Depuis lors, Nahr Beyrouth ne contribue que partiellement à l'irrigation de la ville. Plus tard, sous le mandat français, un barrage de division en béton a été construit (1934) pour irriguer les terres agricoles autour du fleuve.[9] L'infrastructure construite a duré un an seulement. La canalisation de Nahr Beyrouth du front de mer à Sin El Fil a été réalisée en 1968. Elle a été déclenchée par l'endommagement crée par les inondations du Nahr Beyrouth de 1942, qui ont résulté en l'urbanisation graduelle et informelle des migrants, en l'empiètement sur la zone inondable de la rivière[10] mais aussi et surtout par les100 années d'inondations de Nahr Abou Ali dans la ville du Nord de Tripoli en 1955, qui a coûté des vies humaines et détruit des milliers de maisons et de terres agricoles.[11] Interrompue par la guerre civile, la canalisation de la zone située entre Sin el Fil et Jisr el Basha ne fut achevée qu'en 1998. Il y a actuellement six ponts qui relient Beyrouth à ses banlieues à travers la rivière, qui ont été construits dans la période des années 1940 aux années 1970: le pont Dora, le pont Borj Hammoud (sur les anciens restes du pont ottoman), Jisr el Wati à Sin el Fil, Jisr el Basha et situé à plusieurs mètres des vestiges des ponts ottomans.[12] Le pont juste à côté de Beirut Art Center est  Jisr el Wati, mentionné plus tôt, qui est maintenant en pleine transformation.

 

«On ne peut imaginer meilleure situation; c'est un espace vert, qui se termine sur le côté est avec un terrain aboutissant sur une belle vallée, à travers lequel la rivière Bayruth fonctionne; de l'extrémité nord, on a une vue sur la mer, et la perspective des beaux jardins de Bayruth au nord-ouest. [...] J'ai entamé mon voyage de Bayruth début juin, et je suis allé à l'est le long de la côté de la baie; après avoir parcouru environ une lieue, nous sommes arrivés à l'endroit où St. George aurait tué le dragon[13] qui était sur le point de dévorer la fille du roi de Bayruth: il y a une mosquée sur place, qui était autrefois une église grecque; A côté, il est aussi dit que le dragon sortait d'un trou qui est désormais devenu sa bouche. Les écrivains du moyen âge appelaient ce lieu Cappadoce. [...] Environ un mile à l'Est de ce lieu nous avons traversé la rivière de Bayruth, sur un pont de sept arches, dont certaines sont d'anciennes fabrications. Cette rivière coule vers le nord le long de la plaine, à l'est du bosquet de pins; c'est peut être la rivière Magoras de Pline, qui s'accorde aux lieux; même si certains pensent que c'est la même chose que les Tamyras.»[14]

lamia-joreige-klfp02v2-beyrouth-1991-_w.jpg

Vue aérienne de Beyrouth en 1995. Réalisé pour IDAL, basée sur une carte de MAPS. Avec l’autorisation de Habib Debs.
Vue aérienne de Beyrouth en 1995. Réalisé pour IDAL, basée sur une carte de MAPS. Avec l’autorisation de Habib Debs.

Jusqu'en 1850, le Nahr était une plaine agricole. Les habitants décrivent les zones autour de la rivière lors la première moitié du XXème siècle comme fertiles : bananiers, orangers et citronniers, tomates et jardins. À l'époque, la rivière était utilisée par ses résidents pour des activités domestiques et quotidiennes: les mères allaient faire la lessive dans la rivière le samedi et utilisaient l'eau de la rivière pour la cuisine, les enfants s'y baignaient et certains même pêchaient des poissons, jouaient à attraper des grenouilles et des serpents. Les gens traversaient régulièrement la rivière pour rendre visite à leurs proches ou pour faire des emplettes dans des marchés spécialisés à Achrafieh ou Sin el Fil. Dans d'autres cas, la rivière était une soupape de sécurité séparant les communautés politiques arméniennes rivales les unes des autres qui même à un moment donné, a transformé le pont datant du mandat français en champ de bataille.[15]

 

Le développement du port comme atout majeur pour l'essor de la capitale au XIXe siècle a encouragé le développement des infrastructures des zones s'étendant derrière le port.[16] En 1834, le lazaret a été construit dans le cadre du développement du port, et a aussi fait suite aux soucis des égyptiens pour l'hygiène publique de confiner les épidémies. Il a été choisi «hors de la ville, mais pas trop loin», dans la région qui en a gardé le nom jusqu'à aujourd'hui, la Quarantaine.[17] La mise en place de la Quarantaine pour promouvoir davantage le développement économique de Beyrouth par la mise à niveau et par l'extension du port à un port d'escale international.[18] À partir des années 1920, le Nahr s'est peuplé et urbanisé à un rythme rapide.[19] En raison de son emplacement, Nahr Beyrouth s'est développé en un centre infrastructurel majeur reliant le port à l'arrière-pays.[20] Plus précisément, les entrepôts et les services d'expédition se sont développés dans la zone de front de mer de la rivière. En effet, l'augmentation du trafic commercial maritime a conduit au développement d'entrepôts pour le stockage et le recyclage des marchandises volumineuses. Dans l'ensemble, ce fut un «développement urbain hâtif et non planifié» qui a abouti à un affichage des symptômes de déclin et de dégénérescence dans la région du port.[21]

 

«Toute description de Beyrouth avant les années 1860 en témoigne. Jusque-là, ce n'était qu'une petite ville médiévale fortifiée avec sept portes principales et environ un quart d'un mile carré entouré de jardins. Le noyau central de la ville fut construit autour de son port historique, avec des défenses sur les côtés et deux tours à l'entrée du port. Comme dans la plupart des villes européennes avant l'industrialisation, les gens à Beyrouth vivaient et travaillaient dans la même zone et effectuaient presque tous leurs routines quotidiennes dans le même quartier urbain.» [22].

 

Vers la même époque, des migrants ont établi leurs maisons vers la rivière de Beyrouth. Lors de la Première Guerre mondiale après le génocide des Arméniens par les Turcs, des dizaines de milliers ont fui leurs maisons et se sont installés dans un camp à la Quarantaine et ont plus tard déménagé à Borj Hammoud. Les communautés syriaques sont arrivées dans la région suite à des campagnes d'expulsion par l'Empire ottoman au début des années 1920.[23] Plusieurs vagues de kurdes fuyant la politique de turquification sous Mustafa Kemal Atatürk et la violence qui y était associée se sont également installés dans la Quarantaine. En 1948, un afflux de réfugiés palestiniens les a conduit dans ces camps et  autour de la ville. Les rapports sur les bidonvilles mentionnent souvent des travailleurs syro-arabes dans les bidonvilles avant la guerre.[24] Les pressions démographiques sur la périphérie de Beyrouth se manifestent dans les bâtiments mal construits et indéfinissables: «[i] les immigrants sont entassés sur place dans les anciens gîtes ruraux adaptés à la hâte ou dans de nouvelles structures en béton, mal équipées et sans élégance, le long des routes, le plus souvent non pavées.»[25] La pénurie de services municipaux et publics dans la périphérie de Beyrouth a facilité l'émergence de la pauvreté et de la maladie.

«La propagation de l'urbanisation fut non seulement le résultat d'un manque de planification systématique; elle s'est aussi produite à un rythme qui a dépassé la capacité de la ville à fournir des services de base, avec le résultat que Beyrouth ne pouvait pas assimiler rapidement tant de nouveaux arrivants sans être déformée.»[26]

 

Le boom économique de la fin des années 1940 a déclenché la croissance du secteur de l'industrie le long de la rivière.[27] En outre, le boom de la construction des années 1950- 60 et la pression des promoteurs privés ont contribué à des modèles non réglementés de croissance autour de la rivière. L'anneau de bidonvilles s'est brusquement élargi en 1965-1970 s'étendant de la Quarantaine/ Nahr Beyrouth au bord de l'aéroport.[28] En effet, le secteur industriel en pleine croissance des années 1960 a été attiré par le travail pas cher, et a situé ses nouvelles usines autour de bidonvilles habités par des migrants ruraux, les travailleurs migrants et les réfugiés, révélant l'autre côté de cette «richesse croissante.»[29] «Les habitants des bidonvilles et les développements industriels se nourrissent les uns des autres.»[30] Dans les années 1970, Beyrouth connaissait déjà une «sur-urbanisation», signifiant que le degré d'urbanisation était supérieur à ce qui serait attend, étant donné le niveau d'industrialisation.[31]

 

«Il suffit de noter que c'est l'un des problèmes les plus critiques auquel le Liban continue de faire face, un problème dont les implications sociales, psychologiques, économiques et politiques sont graves. La congestion urbaine, le déclin, l'épuisement des espaces ouverts, les disparités dans la répartition des revenus, la hausse du chômage et du sous-emploi, la pénurie de logements, les loyers exorbitants, les problèmes générés par les taudis et les bidonvilles, et, dans une large mesure, la violence urbaine des années de guerre furent tous les sous-produits de la sur-urbanisation. En bref, l'échelle et la portée de l'urbanisation avait dépassé les ressources de la ville qui n'a pas pu faire face efficacement à la demande continue et croissante d'espaces urbains et d'équipements publics.»[32]

 

Grand Beyrouth à la veille de la guerre, 1975. Carte 14. à Beyrouth par Samir Kassir. © Alexandre Medawar.

Baies de Beyrouth et de Saint-Georges d'après les relevés anglais de 1859. Paris, service hydrographique de la marine, 1925. Archives et collections spéciales, Jafet Memorial Library. Avec l'aimable autorisation de l'Université américaine de Beyrouth

Beyrouth et Banlieue: Beyrouth, Bur. GI Stephan, 1974. Archives et collections spéciales, Jafet Memorial Library. Avec l'aimable autorisation de l'Université américaine de Beyrouth/ Archives de la bibliothèque.

 

A l'orée de la ville, Nahr Beyrouth a agi à la fois comme  frontière «naturelle» de la capitale, et de plus en plus comme une zone de déplacement accueillant une diversité de réfugiés au fil du temps. Aujourd'hui, il y a peu de traces visibles de la guerre dans la région. Pendant la guerre du Liban, cette région, à l'est de Beyrouth, était sous le contrôle des milices chrétiennes et a été le site de quelques batailles sanglantes. En 1975-1976, les premiers combats ont commencé dans le centre-ville et se sont étendus vers l'extérieur, vers les districts abritant les hôtels et la banlieue sud-est, créant la «Ligne verte» divisant Beyrouth en deux (musulmane de Beyrouth-Ouest et Orient chrétien de Beyrouth). Cela a affecté la géographie sociale de Beyrouth, créant des «communautés exclusives et fermés.»[33] Des groupes entiers ont été expulsés des zones ouest et est de la ville, en fonction de leur religion et ils se sont déplacés collectivement vers des zones plus sûres.[34] En effet, les enclaves musulmanes dans l'Est de Beyrouth (Quarantaine, Nabaa, Tal el Zaatar) ont été détruites.[35] Une grande partie de l'urbanisation des périphéries de la ville fut déclenchée par les populations qui fuyaient et qui sont arrivées là illégalement, en violation des codes de construction et des règlements de droits de propriété.[36]

 

Vue générale de Jisr el Basha et Jisr el Wati pendant les conflits. 01/10/1976. Avec l’autorisation du Centre de documentation et de recherche An Nahar.

Camions de nettoyage de la rivière. 11/10/1993. Avec l’autorisation du Centre de documentation et de recherche An Nahar.

 

En 1985 d'autres batailles impliquant des rivalités au sein des Forces libanaises ont eu lieu dans la région.[37] Plus tard, des tirs entre l'armée libanaise sous le commandement du commandant de l'armée Michel Aoun et les Forces libanaises ont divisé et affecté la zone orientale de Beyrouth et ses banlieues.[38] Dans un des cas, les Forces libanaises ont accusé l'armée d'avoir bombardé Jisr el Wati qui relie Sin el Fil à Achrafieh pour les priver de ravitaillement.[39]

 

Aujourd'hui, la banlieue est témoin d'un vieillissement et d'une urbanisation informelle, avec des usines abandonnées et des quartiers d'habitation bon marché et malsains. En plus des anciennes vagues de migrants qui se sont installés autour de la rivière, la banlieue accueille les immigrants de l'Afrique de l'Ouest et de l'Est ainsi que de l'Asie (Philippins, Indiens, Sri Lankais, les Bangladais et les Népalais).[40] Un grand nombre de travailleurs non-libanais se sont déplacés vers les banlieues dans les années 1990, notamment parmi eux des travailleurs de sexe masculin syriens.[41] Récemment, la situation tragique en Syrie a malheureusement déclenché de nouvelles vagues de réfugiés syriens, parmi lesquels beaucoup participent activement en tant que main-d'œuvre au secteur de la construction, y compris dans des projets dans le Nahr et dans la zone de Jisr el Wati. Les travailleurs migrants syriens ont historiquement fourni la main-d'œuvre pour l'industrie de la construction,  acceptant des emplois ardus médiocrement payés.

 

Beyrouth et Jardin de Rustin Pacha, Pris de la route de Damas. ®Collection de Fouad Debbas, Beyrouth. Utilisé avec autorisation.

Beyrouth, 1ère Compagnie du train Avec le pont du Fleuve. ®Collection de Fouad Debbas, Beyrouth. Utilisé avec autorisation.

Fleuve de Beyrouth Pont Romain. ®Collection de Fouad Debbas, Beyrouth. Utilisé avec autorisation.

Beyrouth, le Fleuve de Beyrouth. ®Collection de Fouad Debbas, Beyrouth. Utilisé avec autorisation.

 

Deux marchés publics et populaires importants: Souq el Ahad qui ouvre chaque samedi et dimanche, où les travailleurs migrants et les populations à faible revenu peuvent trouver des produits bon marché tels que les vêtements, chaussures, tissus, cosmétiques et articles domestiques généraux;  et le marché aux légumes, Souq el Khodra, furent créés. Ils sont tous deux situés autour de Jisr el Wati, juste à côté de la rivière. Le quartier se caractérise également par des autoroutes le long des rives, engloutissant pratiquement la rivière sèche, sous les yeux des passants et des chauffeurs. Habitée principalement pendant la journée et bourdonnant de bruits de construction et de voitures rapides, la région se noie dans des espaces sombres et creux à la nuit tombée. Les visions et témoignages relatant des expériences des travailleurs du sexe et des incidents criminels traduisent l'aspect de dégradation de ce lieu.

 

La rivière a pendant longtemps été abandonnée, traitée comme une décharge non seulement par des passants, mais aussi par les usines environnantes déversant toutes sortes de colorants et matériaux pollués, à travers le Souq el Ahad et le Souq el Khodra; l'abattoir est aussi responsable d'avoir déversé ses déchets dans les canaux,de même que le gouvernement, en dirigeant certains des systèmes d'égouts sanitaires au bout de la rivière. Nahr Beyrouth a fait la une des journaux lorsqu'elle est  mystérieusement devenue «rouge sang»,[42] en raison du colorant rouge rejeté par une usine long de ses rives. Les premières craintes et les spéculations furent que la couleur rouge de la rivière était due au sang qui la traverse, mais les tests sur l'eau ont montré que c'était encore une fois du à la vidange de toutes sortes de polluants et des eaux usées qu'elle recevait. Les troupeaux de bovins, ainsi que certains animaux sauvages comme les crocodiles et des espèces menacées de tortues ont également été repérés le long de la rivière. Alors que des photos et des images de télévision d'un «crocodile qui trainait dans les parages»[43] ont effrayé les populations et ont suscité leur imagination, il s'est avéré que le crocodile en question avait été abandonné par son propriétaire dans la rivière.

 

lamia-joreige-klfp02v2-the-daily-star-_w.jpg

Photographie par Mohammad Azakir. Avec l’autorisation du Daily Star.
Photographie par Mohammad Azakir. Avec l’autorisation du Daily Star.

 

La négligence globale contribue à l'inondation de la rivière en hiver et à son assèchement  en été avec toutes sortes d'odeurs répugnantes et toxiques, et au déploiement des rongeurs et des insectes. En outre, la canalisation actuelle de la rivière ne peut pas contenir la limite de crue maximale de Nahr Beyrouth. La canalisation de la rivière, qui a été achevée en 1998, ne pouvait pas empêcher la rupture du pont à la pointe de la rivière, ainsi que l'inondation de l'abattoir et du port de Cent Ans en 2005.[44] La possibilité d'une inondation de 1000 ans est subordonnée aux lois de la nature et compte tenu de la densité de population autour de la rivière et de la préparation inadéquate du canal de la rivière pour l'écoulement moyenne en hiver, l'inondation demeure un désastre potentiel, en particulier lorsqu'elle est ajouté à la menace d'un tremblement de terre prévu dans les dix prochaines années, dû au fait que le Liban se trouve sur une faille.

 

Ni le scénario catastrophe, ni les terribles conséquences de la sur-urbanisation ne semblent empêcher le reste des terres d'être exploitées et développées de manière spéculative.

 

Une question qui se pose est le jeu des intérêts privés et publics dans l'avenir de cette région. La «voie libanaise» a presque toujours servi et facilité les intérêts du secteur privé et l'intérêt public commun. En effet, lorsque l'urbaniste français Michel Ecochard, à la demande du gouvernement libanais, a proposé ses plans d'urbanisme dans les années 1940-60, qui visait à préserver de grands espaces verts, à améliorer la circulation et à fournir des logements sociaux décents pour les plus pauvres, il n'y a pas eu de mise en œuvre de sa planification, et rien n'a alors fait reculer les promoteurs immobiliers du secteur privé[45].

 

La zone industrielle de la zone de Jisr el Wati autour de la rivière est aujourd'hui l'un des rares espaces sous-exploités à Beyrouth. Comme indiqué précédemment, elle a récemment attiré des acteurs culturels tels que Beirut Art Center, Ashkal Alwan Home Workspace et plus récemment The Station, ainsi que le cabinet d'architectes de Nabil Gholam. La zone voit désormais apparaitre des sites de construction qui vont de projets architecturaux radicaux pour les espaces résidentielle, tels que le Terrain N° 4371 de Bernard Khoury (Artist Lofts), aux gratte-ciels massifs conçus par le cabinet d'architectes Erga, dans lequel les développeurs Achrafieh 4748 proposent de créer des complexes de communauté fermée. La notion de communauté fermée n'est pas encore courante dans Beyrouth et pourrait être remise en question ici, car il pourrait contribuer à souligner davantage les inégalités sociales et séparer les communautés qui coexistent.

 

lamia-joreige-klfp02v2-4371-is005-_w.jpg

Vue de TERRAIN #4371. Architecte: Bernard Khoury. Photographie: IEVA SAUDARGAITE. © DW5 BERNARD KHOURY
Vue de TERRAIN #4371. Architecte: Bernard Khoury. Photographie: IEVA SAUDARGAITE. © DW5 BERNARD KHOURY

 

Les projets résidentiels en cours de construction ne sont qu'une partie de cette gentrification, ce qui implique aussi des plans de développement plus grands et plus ambitieux pour réhabiliter la rivière. Ces projets proposés ou hypothétiques sont nés de la pression pour les terres urbaines dans Beyrouth, et sont motivés par une combinaison de préoccupations écologiques et de protection sociale, mais aussi par des intérêts capitalistes et commerciaux. Il existe aujourd'hui une variété de projets centrés autour de la rivière Beyrouth allant de Beyrouth Green River (un projet du à l'initiative du Parti Vert du Liban et envisagés par le cabinet d'architectes ERGA, pour transformer 8,5 km de rivière à travers un «développement compliqué qui va propager des pratiques respectueuses de l'environnement tout en redéfinissant simultanément le secteur immobilier»),[46] à des projets urbains tels que le travail de Habib Debs, visant à créer un «réseau vert » dans la ville en créant des chemins verts autour de la rivière et en les reliant à d'autres espaces publics,[47] aux oeuvres stimulantes de Sandra Frem sur la «continuité écologique» de la rivière et du paysage environnant d'une manière respectueuse de l'environnement et socialement responsable, et le fleuve de Beyrouth Watershed Masterplan (un projet auto-initié par theOtherDada (tOD)), qui «vise à promouvoir le passage de l'infrastructure grise déficiente actuelle, à une infrastructure bleue et verte respectueuse de l'environnement,»[48] aux projets d'étudiants pour la réhabilitation de la rivière dans les projets universitaires, et enfin le projet Beirut Solar Snake qui est une initiative menée par le ministère de l'Énergie et de l'Eau, avec le Centre libanais pour la conservation de l'énergie pour créer une ferme solaire sur la rivière.

Propositions de sites pour Beyrouth Watershed Masterplan. Plan fait par theOtherDada, Beyrouth, Avec l’aimable autorisation du tOD.

Vue de l'aqueduc romain, Qanater Zbaydeh. Photographie par theOtherDada, Beyrouth, Avec l’aimable autorisation du tOD.

 

Le potentiel de la rivière et de ses environs pour les énergies renouvelables et sûres pour l'environnement (énergie solaire, purification et redistribution de l'eau), des espaces et transports publics verts, des pistes cyclables et des centres sportifs au profit des populations, sont la promesse d'un développement équilibré et organisé d'une zone qui fut longtemps négligée, et de sa transformation en une source d'énergie, de développement et de bonnes conditions de vie. En d'autres termes, le potentiel de la rivière est relocaliser la rivière au centre de Beyrouth dans les projets en cours. La possibilité d'un espace de vie meilleur et plus écologique est encore plus nécessaire aujourd'hui, mais peut-être que l'utopie et les aspects grandioses de certains projets ne sont pas seulement motivés par des idées écologiques et par la responsabilité civique, mais aussi par le potentiel des bénéfices de la croissance économique de cette vaste région.

 

L'avenir de la rivière n'est pas connu, de même que celui de la coexistence de toutes les communautés vivant dans la région. Ce qui est connu est le caractère irréversible de plus de la sur-urbanisation autour d'elle, ce qui aurait pu être évité grâce à une action politique sérieuse dans le traitement de la planification urbaine et des questions écologiques, cruciaux pour notre survie.

 

Aujourd'hui, la rivière est à sec la plupart du temps et ce qui fut autrefois bien défini comme frontière, ne l'est plus actuellement. La limite à l'est de la ville est indéterminée et continue de s'étendre. Bien que ce lieu soit perçu comme insalubre, sale et saturé de béton, il m'inspire une certaine mélancolie et déclenche de nombreuses questions qui stimulent mon imagination.

 

Assistant de recherche et contributeur au texte: Sarah Sabban
Recherches additionnelles: Jessika Khazrik



 

[1] Under-Writing Beyrouth est un projet en cours dans lequel j'analyse les espaces historiquement et personnellement significatifs pour le présent de Beyrouth. Comme un palimpseste, le projet intègre différentes couches de temps et d'existence, la création de liens entre les traces ayant enregistrée les réalités précédentes de ces lieux et les fictions qui les ont réinventés. Mathaf, le mot arabe pour musée, a été le premier chapitre de ce projet, et a été commandé pour la 11èmeBiennale de Sharjah en 2013.
 
[2] Selon Halim Fayad, dont la famille a établi un entrepôt en 1956 dans la zone de Jisr el Wati, le pont a été construit par les Britanniques dans les années 40. La désignation du pont se réfère à sa hauteur qui était basse. Parce que le pont bas était inondé chaque fois que le niveau de la rivière augmentait, il a également été élevé et pavé plus tard pour éviter ce problème. Basé sur une entrevue avec Halim Fayad, le 20 Janvier 2015.

 

[3] Beirut Art Center (BAC) est une association à but non lucratif, un espace et une plate-forme dédiés à l'art contemporain au Liban. L'objectif du centre est de produire, de présenter et de promouvoir l'art contemporain local et international et la pratique culturelle dans une structure active et ouverte au public tout au long de l'année. www.beirutartcenter.org.

 

[4] Rajaram, Prem Kumar, et Grundy-Warr, Carl, eds. Borderscapes: Hidden Geographies and Politics at Territory's Edge. Minneapolis, MN, USA: University of Minnesota Press, 2007. ProQuest ebrary. Web. 18 Janvier 2015.

 

[5] Frem, Sandra Nahr Beirut: Projections on an Infrastructural Landscape MIT, Département d'Architecture, 2009.

 

[6] Kassir, Samir, Beiru t. Berkeley: University of California Press, 2010.

 

[7] Ibid.

 

[8] Frem, Sandra. Nahr Beyrouth.

 

[9]Ibid.

 

[10] Ibid.

 

[11] Basé sur une conversation avec Habib Debs, urbaniste, le 10 Décembre 2015.

 

[12] Frem, Sandra. Nahr Beyrouth.

 

[13] «Selon les chrétiens, dans les temps anciens, un immense dragon est apparu à Beyrouth. Les habitants de Beyrouth choisissaient une jeune fille chaque année et l'offraient en hommage au dragon et à son ardeur. Une année, par un coup du sort la fille du roi de la ville a été choisie. Il a mené sa fille, la nuit, à l'endroit désigné par le dragon. La princesse a imploré Dieu, et St George lui apparut. Quand le dragon est arrivé, St George l'a attaqué et tué. Le roi de Beyrouth a construit une église à cet endroit même, près de la rivière. Les chrétiens représentent cet événement dans toutes les églises de leur pays et il est rare d'en trouver une sans image du saint», selon Saleh Bin Yahya, (Histoire de Beyrouth, Dar el Machreq, 1969)

 

[14] Pococke, Richard. A Description of the East, and Some Other Countries. Vol. 2 Partie 1 London: imprimé pour l'auteur, 1743.

 

[15] Témoignages recueillis par Haig Papazian dans Frem, Sandra Nahr Beirut: Projections on an Infrastructural Landscape Cambridge, Massachusetts:.MIT, Département d'Architecture, 2009.

 

[16] Khalaf, Samir coeur de Beyrouth: Reclaiming the Bourj. Londres: Saqi, 2006.

 

[17] Kassir, Samir. Beyrouth.

 

[18] Ibid.

 

[19] Frem, Sandra. Nahr Beyrouth.

 

[20] Ibid.

 

[21] Khalaf, Samir. Coeur de Beyrouth.

 

[22] Ibid.

 

[23] Fawaz, Mona & Isabelle Peillen «The Case of Beirut, Lebanon» partie de «Understanding Slums: Case Studies for the Global Report on Human Settlements» University College de Londres. De & Programme des Nations Unies pour les établissements humains. 2003. ONU-HABITAT de New York.

 

[24] Ibid.

 

[25] Kassir, Samir. Beyrouth.

 

[26] Ibid.

 

[27] Frem, Sandra. Nahr Beyrouth.

 

[28] Kassir, Samir. Beyrouth.

 

[29] Ibid.

 

[30] Fawaz, Mona & Isabelle Peillen. «Le cas de Beyrouth.»

 

[31] Khalaf, Samir. Coeur de Beyrouth.

 

[32] Ibid.

 

[33] Ibid.

 

[34] Fawaz, Mona & Isabelle Peillen. «Le cas de Beyrouth.»

 

[35] Khalaf, Samir. Coeur de Beyrouth.

 

[36] Fawaz, Mona & Isabelle Peillen. «Le cas de Beyrouth.»

 

[37] An Nahar. 16 au 17 mars 1985.

 

[38] Après l'échec de l'éléction d'un nouveau président à la fin du mandat de Gemayel (Septembre 1988), commandant de l'armée Michel Aoun a été nommé à la tête d'un cabinet intérimaire. Cette décision présidentielle a été controversée à Beyrouth-Ouest et dans d'autres régions qui reconnaissaient le cabinet du ministre Salim al-Hoss. Le 14 mars 1989 Aoun a lancé une «guerre de libération» auto-déclarée contre toutes les forces étrangères dans le pays. En effet, sa déclaration a été faite après la forte motivation d'Aoun à remettre à l'armée seule, la capacité de posséder des armes, et cela a abouti à la «guerre d'élimination» dans l'Est de Beyrouth, entre l'armée et les Forces libanaises (30 janvier, 1990). Aoun a limité la possession d'armes et d'armement à l'armée.

 

[39] An Nahar 3 Mars, 1990

 

[40] Dahdah, Assaf L'Art du Faible: Les migrantes non arabes Dans le Grand Beyrouth (Liban). Beyrouth: Presses de l'IFPO, 2012. http://books.openedition.org/ifpo/2838

 

[41] Fawaz, Mona & Isabelle Peillen. «Le cas de Beyrouth.»

 

[42] Meguerditchian, Van. «Beirut River Mysteriously Runs Blood Red.» The Daily Star.16 Février 2012

 

[43] Abou Jaoudé, Rayane & Jana el Hassan. «Crocodile Lurking in Beirut River». Le Daily Star.25 Juillet 2103

 

[44] Frem, Sandra. Nahr Beyrouth.

 

[44] Kassir, Samir. Beyrouth.

 

 

[47] Kullab, Samya. Green Initiatives Boosted in «Unhealthy" Beirut» The Daily Star.22 Avril 2013

 

[48] Entretiens personnels avec Adib Dada, le 20 Janvier 2015.

À propos de l'artiste

Née au Liban, Lamia Joreige est une artiste plasticienne et cinéaste qui vit et travaille à Beyrouth. Elle utilise des documents d'archives et des éléments fictifs pour réfléchir sur la relation entre les histoires individuelles et l'histoire collective. Elle explore les représentations des guerres libanaises et leurs conséquences, avec Beyrouth qui est la ville au centre de son imagerie. Son travail porte essentiellement sur le temps, l'enregistrement de la trace et des effets du temps sur nous.

 

Son travail inclue, entre autres, Under-Writing Beirut-Mathaf (installation avec des techniques mixtes, 2013); One Night of Sleep (Series de photogrammes 2013), Beirut, autopsy of a city (installation avec des techniques mixtes, 2010), Tyre 1,2,3,4,5, Portrait of a housing cooperative (installation vidéo, 2010), 3 Triptychs (installation interactive, 2009), Full Moon (vidéo, 2007), Nights and Days (vidéo et séries de gravures, 2007).

 

Elle a présenté ses œuvres dans de nombreuses expositions et institutions internationales, y compris la Biennale de Sharjah, Mori Art Museum de Tokyo, Tate Modern de Londres, New Museum de New York et le Modern Art Oxford.

 

Lamia Joreige est co-fondatrice et membre du conseil d'administration du Beirut Art Center, un espace non lucratif dédié à l'art contemporain au Liban. Elle codirige le BAC de son ouverture en janvier 2009 jusqu'en mars 2014.