S’ouvrir au monde: World Nomads Tunisie

En mai 2013, l'Institut français de l'Alliance Française (FIAF) a organisé la cinquième édition du World Nomads, un festival présentant les divers arts et cultures francophones à New York par le biais de vastes programmes en arts visuels, en musique et en performance. Les itérations précédentes incluent l'Afrique (2008), Haïti (2009), le Liban (2010), et le Maroc (2011). L'accent mis en 2013 sur la Tunisie a mis en évidence le paysage culturel postrévolutionnaire du pays, placé ici sous une évaluation critique et réfléchie à travers des spectacles d'art, des programmes de cinéma et des entretiens par des femmes tunisiennes éminentes, sur le rôle des femmes sur la scène sociale, politique et artistique de la Tunisie postrévolutionnaire. Bien sûr, présenter une culture au sens large peut être réducteur, mais ce n'était pas le cas avec le festival World Nomads Tunisie cette année. Dans cette conversation avec Marie-Monique Steckel, la présidente de la FIAF parle de l'ouverture de dialogues qui n'auraient pas été possible avant. Dans la discussion, Steckel souligne que le Festival World Nomads n'a pas d'agenda politique. Au contraire, son objectif est d'ouvrir New York à la Tunisie: l'occasion de promouvoir et soutenir le travail des différents artistes tunisiens dont les voix ont émergé après la révolution.

 

iv_fiaf1.jpg

What the Water Gave Me, 2009, Nicene Kossentini. Courtesy of Fawz Kabra and FIAF.
Nicene Kossentini, Ce que l’eau m’a donné, 2009. Avec l’aimable autorisation de Fawz Kabra et du FIAF.

Fawz Kabra: Je voudrais commencer par votre travail. Vous avez parlé de vous-même comme une passerelle, et, dans le cas du Festival World Nomads de 2013, votre travail relie les cultures entre la France et les Etats-Unis. Pouvez-vous décrire votre poste à l'Institut français de l'Alliance Française, et votre rôle d'organisatrice du Festival World Nomads?

 

Marie-Monique Steckel: Je vois le FIAF comme une institution qui englobe toutes les cultures françaises, et pas seulement en France. Nous travaillons avec un large éventail d'institutions, avec divers intérêts culturels, et nous créons et présentons une programmation à New York, qui ne porte pas seulement sur les cultures françaises. Nous collaborons avec des partenaires culturels et des institutions comme le Centre des Arts Baryshnikov et le Whitney Museum of American Art, pour n'en nommer que quelques-uns.

 

Nous essayons de ne pas être une institution isolée. Au lieu de cela, nous nous efforçons de diversifier, de sorte que nous établissons de nouvelles relations et travaillons avec de nouveaux partenaires. La même chose est vraie dans la façon dont nous abordons World Nomads. Il ya cinq ans, nous avons décidé qu'il était également important de promouvoir et de célébrer les cultures de différents pays à travers le monde. Nous voulions apporter ces différentes cultures à New York, et, dans cet esprit, nous avons décidé d'élargir notre programmation dans toute la ville. Nous ne voulions pas organiser d'événements uniquement au siège de la FIAF, donc nous nous sommes associés avec les différentes institutions de New York pour produire le festival. Par exemple, nous avons travaillé avec le The Invisible Dog Art Center à Brooklyn, un espace de projet qui collabore avec une variété d'artistes et leur permet la liberté d'expression créative. Nous avons également travaillé avec White Box Gallery à Manhattan, une galerie indépendante, à but non lucratif qui maintient une approche non conventionnelle en termes d'exposition et de programmation. Il était aussi très excitant de travailler avec 5Pointz Aerosol Art Center: un espace d'exposition en plein air qui invite les artistes de graffiti du monde entier à présenter leurs œuvres dans un bâtiment d'usine dans le Queens. Pour cela, nous avons invité «les écrivains-artistes» à participer.

 

World Nomads provient d'un désir d'avoir la culture française présente ici. Ainsi, au fil des ans, nous avons également organisé des festivals pour d'autres cultures francophones, comme Haïti, le Maroc, le Liban, l'Afrique de l'Ouest, et - dernièrement en mai - en Tunisie.

 

FK: Pouvez-vous expliquer l'idée derrière le titre de World Nomads?

 

MMS: La raison derrière ce titre est que nous ne faisons pas seulement venir des artistes de leurs pays respectifs à New York, mais nous approchons aussi à des communautés et des populations de la diaspora. Donc, nous ne cherchons pas uniquement les artistes qui vivent dans le pays où nous présentons, mais aussi ceux qui ont émigré, ont vécu en exil, ou sont des voyageurs en continu. Par exemple, en 2010 nous avons travaillé avec Wajdi Mouawad pour World Nomads Liban, au cours duquel  Mouawad a fait une performance avec l'actrice et chanteuse Jane Birkin. Mouawad est un metteur en scène et un écrivain important qui vit parfois à Montréal et parfois ailleurs. Il est très nomade, dans un sens.

 

FK: Alors peut-être que vous pouvez donner plus de détails sur ce sujet. Comment positionnez-vous World Nomads Tunisie dans notre monde globalisé et transculturel actuel?

 

MMS: Quand je parle de la diaspora, c'est pour souligner la mémoire de la patrie. Les artistes, dans leur pays, en exil, ou tout simplement vivant à l'étranger, commencent à façonner et à travailler avec la mémoire d'une patrie. Cela est vrai, que ce soit pour le Liban, la Tunisie ou le Maroc. C'est cette interaction - un échange - de la mémoire d'une patrie avec la culture du pays dans lequel on vit. Par exemple, c'est quelque chose qui est très évident dans le travail de Jonas Bokaer. Son père était tunisien, et Jonas est né ici et a toujours vécu aux États-Unis. Pour sa performance World Nomads Tunisie, il a créé une merveilleuse chorégraphie pour son œuvre Le Syndrome d'Ulysse (2013). C'est une pièce qui explore sa double identité culturelle et les questions de migration, du déplacement, et de la subjectivité. Sa chorégraphie a imaginé la Tunisie, la mémoire du lieu, et ses sons. Il est l'exemple parfait de l'artiste pratiquant à la jonction de la mémoire et de l'exil.

 

iv_fiaf2.jpg

The Ulysses Syndrome, 2013, Jonah Bokaer. Courtesy of FIAF and Fawz Kabra.
Jonah Bokaer, Le Syndrome d’Ulysse, 2013. Avec l’aimable autorisation de Fawz Kabra et du FIAF.

 

FK: World Nomads Tunisie est la cinquième édition de la FIAF de World Nomads, et intervient deux ans après la révolution tunisienne. Pouvez-vous expliquer ce qui a conduit la FIAF à sélectionner la Tunisie, et l'importance de ce choix?

 

MMS: Il ya un énorme bouillonnement de créativité autour de la révolution qui propulse davantage le désir de liberté et de démocratie, donnant à ces choses une image ou une voix. La révolution s'est également manifestée par les œuvres de nombreux artistes, jeunes et émergents. Par exemple, la jeune chanteuse et auteur-compositeur Emel Mathlouthi, qui a vraiment été la voix de la révolution, et qui a donné une voix aux «printemps arabe», a interprété des chansons de son plus récent album «Kelmti Horra» - ce qui signifie «Ma parole est gratuite ».

Lors de World Nomads Tunisie, nous avons présenté une sélection de jeunes artistes vraiment fabuleux qui n'ont jamais été en mesure de montrer leurs œuvres autrement. Nous avons organisé ces expositions d'art à la fois dans notre galerie et à White Box Gallery. Pour moi, c'était le moment particulièrement opportun de jeter un coup d'œil à la scène artistique tunisienne, à cause de tous ces jeunes gens qui sont passionnés par leur pays et sa culture. Cela met à leur disposition une plate-forme d'expression artistique qui va au-delà de leurs frontières régionales.

 

FK: A quoi cela ressemblait-il?

 

MMS: Ce que les artistes ont présenté et produit était très émouvant pour moi. Et être témoin de leur façon extrêmement ouverte de s'exprimer était très inspirant, d'autant plus que ce type d'expression avait été supprimé avant la révolution.

 

FK: Les points forts particuliers?

 

MMS: Ce sont les femmes qui seront les défenseurs des droits des femmes. Elles ont déjà remporté beaucoup de droits, qui sont maintenant menacés par les islamistes. Emel [Mathlouthi] était extrêmement touchante. J'ai pensé que Le syndrome d'Ulysse de Bokaer était aussi magnifique. «Le rôle des femmes dans la société Tunisienne » fut une discussion qui a réunit d'éminentes femmes tunisiennes, qui ont discuté du rôle des femmes en tant que leaders artistiques, culturels et sociaux suite à la révolution. Nous avons travaillé avec une jeune femme extrêmement cohérente et pertinente appelée Amna Guellali, qui est la directrice de Human Rights Watch Tunisie. Elle a donné quelques idées très intéressantes sur ce qu'elle pense qui se passe, surtout que la charia n'est pas très convaincante en termes de droits des femmes.

 

iv_fiaf4.jpg

The Role of Women in Tunisian Society. © Michael George.
Le rôle des femmes dans la société tunisienne. Photo: Michael George.

FK: Comment cela a t-il changé votre perception? Votre expérience, ou ce que vous saviez déjà de la culture, de la région et de son développement politique a-t-elle changé?

 

MMS: Comme la plupart des New-Yorkais, je n'étais pas vraiment au courant du déchaînement de toute cette créativité en Tunisie à travers la révolution. Vous n'avez pas l'occasion de le voir d'ici. Je suis allé en Tunisie en juin 2012 et j'ai été étonné par la montée de la créativité et l'expression artistique qui se préparait.

Comme vous le savez, c'était interdit de faire des graffitis dans les rues en Tunisie. Cependant, après la révolution, tous les graffeurs ont émergé, même si les tensions et les points de vue opposés subsistent. Par exemple, le peintre Mohamed Ben Slama à un moment donné a dû s'enfuir pour sauver sa vie. Ses peintures illustrent sa  vision de l'avenir de la Tunisie, qui peut être assez sombre. Un de ses tableaux, le Printemps des Arts, a été présenté au festival du printemps des arts au Palais Abdelliya en Tunisie en 2012; il a été détruit et brûlé par les islamistes qui l'avaient jugé insultant pour Dieu. Ben Slama a dû fuir en France avec une seule valise.

L'idée de cette seule valise est chargée de sens. C'est un symbole qui est utilisé par l'artiste Patricia Triki, qui capture des images d'une jeune femme avec une valise dans des endroits différents: une chambre, ou sur la plage. Curateur de l'Après-Révolution - qui a été présenté à White Box Gallery et à la galerie de la FIAF - Leila Souissi a indiqué que la Tunisie se trouve dans un navire sans vraiment de maître à bord, et les Tunisiens ne savent pas quand tout cela va s'arrêter.

 

FK: C'est l'atmosphère du Moyen-Orient à l'heure actuelle.

 

MMS: Rien n'est clair. Nous avons eu une série de films très intéressante, organisée par Dora Bouchoucha, qui est également un producteur important. Elle a expliqué combien  il était difficile de faire quoi que ce soit en Tunisie avant, et il n'est même pas certain que ce soit plus facile maintenant. Mais elle essaie d'agir au maximum; de faire changer les choses.

 

FK: Vous disiez que comme un New-Yorkais, vous ne connaissiez pas bien l'art émergent en Tunisie ou son paysage culturel.

 

MMS: World Nomads Tunisie a ouvert une fenêtre sur ce qui fut et qui est.

 

iv_fiaf3.jpg

Le Sort, 2013, Mouna Siala. Courtesy of FIAF and Fawz Kabra.
Mouna Siala, Le Sort, 2013. Avec l’aimable autorisation de Fawz Kabra et du FIAF.

 

FK: Alors, comment le festival a-t-il été accueilli?

 

MMS: Nous avons eu un accueil fabuleux. Un critique m'a dit que c'était la meilleure programmation qu'il avait vu. Les critiques des performances ont vraiment remarqué la présence de la tradition musicale tunisienne, ce qui fut un excellent moyen de promouvoir la scène artistique et culturelle de la Tunisie, seulement deux ans après la révolution. Cela a aussi fourni un autre vocabulaire pour parler de la Tunisie, par le biais de l'art plutôt que seulement par celui de la politique. Nous avons reçu beaucoup de personnes qui ont visité les galeries, assisté à des performances et des projections.

 

FK: C'est vrai, j'ai lu plusieurs articles du New York Times, et j'ai été très impressionnée par la façon dont les auteurs de ces critiques ont pris le temps non seulement de décrire, mais aussi d'interpréter - et de définir - les expressions, traditions et histoires tunisiennes. Je suis également curieuse de savoir ce que vous pensez de cela à court ou à long terme. Pensez-vous que quelque chose de plus émergera des relations que vous avez construites  avec la Tunisie, les artistes tunisiens, ainsi qu'avec les différentes institutions pendant le festival?

 

MMS: Eh bien, j'espère certainement que nous pourrons poursuivre notre relation avec nos sympathisants. Nous voulons certainement faire plus dans la région du Moyen-Orient. Nous avons établi des liens avec des Tunisiens à New York que je n'aurais jamais connus autrement. Un comité des «amis» de World Nomads a été créée: environ 70 personnes. L'ambassade de Tunisie a aidé autant qu'elle le pouvait. Les représentants de l'ambassade nous ont dit qu'ils auraient bien voulu faire ce que nous faisons à la FIAF, mais ont estimé qu'ils auraient pu avoir beaucoup de mal à le programmer. Leur situation est complexe. Les ministres d'aujourd'hui ne sont pas sûrs de l'être demain.

 

FK: Pensez-vous qu'il soit urgent de commencer un dialogue entre la région du Maghreb, le Moyen-Orient et le monde soi-disant de l'Ouest? Tel que je le vois, votre travail dans la diplomatie culturelle joue un rôle clé ici, puisque vous avez «ouvert une fenêtre», comme vous dites, sur la scène artistique et culturelle de la Tunisie. Quand vous dites que les ministres de la culture ne sont pas sûrs d'être  ministres demain, je suis d'accord que cela semble être le cas dans de nombreux pays en transition, comme ceux du Moyen-Orient et même de l'Europe de l'Est. Quels sont les moyens que nous pouvons réinventer qui fonctionneraient à grande échelle mais hors du cadre institutionnel classique? Comment pouvons-nous travailler «officiellement», avoir un large impact culturel, même si «le ministère» est incapable de donner un coup de main?

 

iv_fiaf5.jpg

Le mari, 2013, Mouna Siala. Courtesy of FIAF and Fawz Kabra.
Mouna Siala, Le mari, 2013. Avec l’aimable autorisation de Fawz Kabra et du FIAF

MMS: Travailler avec la Tunisie est aujourd'hui difficile en termes d'institutions. Il n'y a personne à qui s'adresser, donc pour nous il y avait très peu de parrainage ou même de soutiens de la part d'«officiels» Tunisiens en Tunisie. Cela m'a obligé à rechercher du soutien par différents canaux. Je me suis fait des amis merveilleux et je veux continuer à travailler avec eux sur le plan personnel.

Je pense que la tolérance vient de la connaissance, et que l'ouverture des yeux et des oreilles pour une culture très riche, comme celle de la Tunisie ou du Maroc, est extrêmement important. Je suis très heureuse que la FIAF puisse aider à ouvrir de nouveaux horizons et à exposer les New-Yorkais aux cultures riches et dynamiques de ces pays.

 

FK: Vous dites que la tolérance vient de la connaissance et que World Nomads Tunisie vise à ouvrir les yeux et les oreilles vers la très riche culture de la Tunisie. Il est donc important de soutenir et de promouvoir le travail d'artistes émergents ou d'artistes qui sont conscients de l'avenir de leur paysage culturel, comme Ben Slama. Je prends également en compte les nouvelles amitiés qui ont fleuri en raison de l'incapacité d'accéder à l'appui des sources officielles en Tunisie, comme c'était le cas avec l'ambassade ici à New York. Comment voyez-vous cette situation évoluer? Et comment ce festival est-il un instigateur de nouveaux dialogues?

 

MMS: Nous ne sommes pas les seuls à essayer d'avoir un dialogue avec les pays du Moyen-Orient. Nous ne pouvons pas dire que nous sommes les seuls porteurs de ce projet. Mais je vais vous donner un exemple: «El Seed est un artiste de graffiti très talentueux qui a été invité au festival et a fait un travail incroyable à New York. Maintenant que la porte a été ouverte pour qu'il expose son travail ici, il va revenir pour travailler sur d'autres projets. Si d'autres branches de l'Alliance Française peuvent l'aider - et d'autres comme lui  - , je serais très heureuse d'avoir joué un rôle dans cela. La même chose est vraie pour d'autres artistes. S'ils veulent exposer ici plus tard, nous serions ravis de commercialiser ou parrainer certaines d'entre eux. Ces discussions que nous avons sont personnelles, mais ce sont aussi des liens que nous avons à nourrir. Ce ne sont pas seulement des amitiés; il ya aussi une certaine réciprocité qui prend forme.

 

FK: Y avait t-il une présence tunisienne à New York avant le festival?

 

MMS: Je ne pouvais même pas trouver de restaurant tunisien! La Tunisie est en quelque sorte un petit pays, avec seulement 12 millions de personnes. Mais le nombre d'artistes qui viennent de là est incroyable. L'intelligence et la créativité en provenance de ce pays dynamique est très inspirant. J'espère que notre festival diffusera de nouvelles connaissances à un certain nombre de personnes ici à New York.

 

FK: Lorsque l'on doit communiquer la richesse des cultures - peut-être celles qui ont besoin de représentation régionale - et quand on est impliqué dans des projets qui établissent des ponts de compréhension et d'appréciation, comment peut-on en fin de compte conduire des projets positifs et révélateurs, tout en restant critique, afin de ne pas réduire ou simplifier les réalités complexes de la région?

 

iv_fiaf6.jpg

Laaroussa, 2013, Mongi Aouinet. Courtesy of FIAF and Fawz Kabra.
Mongi Aouinet, Laaroussa, 2013. Avec l’aimable autorisation de Fawz Kabra et du FIAF

MMS: Je pense que l'art est essentiel du rayonnement  d'un pays. C'est la chose la plus importante que vous pouvez faire circuler et communiquer. Nous ressentons la même chose pour la France: nos meilleurs produits sont les idées et  l'art. La même chose est vraie pour l'art tunisien, et ne pas en avoir de représentation à New York est une occasion manquée, le manque regrettable d'une présence importante. Nous sommes très heureux d'avoir pu faire venir beaucoup de Tunisiens à New York. Immerger les arts, les langues et la musique d'une région dans une autre donne un spectacle impressionnant. Ce que les gens en retirent, les résultats crées par cet échange sont si importants. Cela développe les points de vue et défie les idées préconçues.

 

FK: Vous pensez donc que les arts jouent un rôle dans l'ouverture d'une conversation sérieuse, et dans le développement de communautés et de sociétés avant-gardistes?

 

MMS: Nous ne voulions pas que ce soit une conversation politique. Nous avons pris grand soin de ne pas entrer dans la politique de la Tunisie. Nous avons plutôt montré le paysage artistique, qui bien sûr est chargé de  complexités de l'histoire de la région, et met en évidence les résultats de la politique du pays. En utilisant cet ensemble de conditions - les arts - nous avons ouvert une fenêtre à un endroit où le paysage a radicalement changé, à la fois culturellement et politiquement ces deux dernières années. Nous voulions montrer la richesse de cette culture; ses subtilités créatives et intellectuelles.

 

 

La biographie professionnelle de Marie-Monique Steckel est très riche. En tant que président de la FIAF depuis 2004, elle a organisé  l'expansion de l'organisation et son orientation vers de nouvelles directions. Elle a dirigé l'Agence de développement industriel français, maintenant appelé Invest in France, une agence aux États-Unis qui encourage les investissements américains en France. Steckel a fondé le groupe France Télécom en Amérique du Nord, et en 1979 a été nommé présidente de la société. Elle a également travaillé avec Jacques Chirac comme directrice nationale de la communication de son parti politique, le Rassemblement pour la République, en 1977.