L’art mondial global et ses réseaux

En partenariat avec l'Université de Dar Al Hekma, principale institution d'éducation des femmes en Arabie saoudite, Ibraaz a organisé un colloque d'une journée intitulé «L'art contemporain global et ses réseaux.» Cette journée de conférences et de panels a été organisée dans le cadre de la Semaine annuelle de l'art à Djeddah (JAOU), qui s'est déroulée du 1er au 6 février.

 

Initiative pour l'art contemporain lancée par Lina Lazaar, JAOU vise à encourager et à promouvoir la scène artistique en plein essor à Djeddah et en Arabie Saoudite. De retour pour une deuxième année, la semaine a mis l'accent sur des événements communautaires et des activités accessibles et inclusives. Le symposium est le premier de son genre dans le pays, ouvert à tous et attirant des intervenants et des participants locaux et internationaux célèbres.

 

ans_7224_w1k.jpg

Global Contemporary Art and Its Networks, Dar Al Hekma University.
Global Contemporary Art and Its Networks, Dar Al Hekma University.

 

Président de Dar Al Hekma, le Dr Suhair Quraishi a ouvert le colloque en accueillant les invités et les conférenciers. Elle a souligné l'importance des arts dans la culture académique de l'université, de la nécessité d'une plus grande sensibilisation, et de l'éducation dans le domaine. Elle a présenté la fondatrice de JAOU, Lina Lazaar, qui a évoqué les objectifs et les ambitions de la semaine de l'art à long terme, avant de donner la parole au Dr Anthony Downey qui a présenté la première conférence de la journée: «Qu'est-ce que l'art contemporain?»

 

Offrant ce que le Dr Downey appelé «un guide très partiel» du développement de l'art contemporain, sa conférence a commencé avec des peintures de Mark Rothko du milieu du 20ème siècle, et a continué avec des œuvres de Barbara Kruger, de Gerhard Richter et d'Andy Warhol. Discutant des contextes plus larges de la curatelle institutionnelle, des demandes du marché et des politiques de production, la conférence a également été illustrée par des œuvres de Damien Hirst, de Murakami Takeshi et d'Ai Weiwei.

 

ans_7251_w1k.jpg

L’art contemporain global et sesréseaux, Dar Al Hekma University, (de gauche à droitet) Dalya Islam (Madder-Red), Lila Ben Saleh (Galerie El Marsa), Faisal Samra (artiste), Edward Gibbs (Sotheby's), Khaled Samawi (Ayyam gallery).
L’art contemporain global et sesréseaux, Dar Al Hekma University, (de gauche à droitet) Dalya Islam (Madder-Red), Lila Ben Saleh (Galerie El Marsa), Faisal Samra (artiste), Edward Gibbs (Sotheby's), Khaled Samawi (Ayyam gallery).

Ensuite, des spécialistes internationaux tels Edward Gibbs de Sotheby, Dalya Islam et les galeristes Khalid Samawi de Ayyam Gallery et Lilia Ben Saleh de la galerie El Marsa  en Tunisie, se sont joints aux artistes saoudiens locaux Abdulnasser Gharem et Faisal Samra dans un panel intitulé Art contemporain et marché. La discussion fut co-dirigée by Anthony Downey et Lina Lazaar; les questions sur la croissance de la demande pour l'art du Moyen-Orient et de l'Afrique du Nord furent abordées, et l'impact que cette croissance a eu sur les pratiques des artistes. Samawi a parlé de la nécessité d'un plus grand soutien commercial pour les artistes de la région, sans l'intervention du gouvernement, tandis que Gharem a partagé des anecdotes sur ses expériences avec les maisonsd'enchères au début de sa carrière.

 

La journaliste arabe Rima Al Mukhtar, modératrice, a posé des questions aux panélistes, générant une discussion fructueuse et variée.

 

Déplaçant le centre d'attention loin de l'Occident, la deuxième conférence du Dr Downey fut axé sur l'art contemporain au Moyen-Orient / Afrique du Nord / KSA. Il a soutenu que lorsqu'on examine les centres de production culturelle comme Londres, New York et Paris, il est également essentiel de reconnaître l'importance de Bagdad, du Caire, de Beyrouth et de Sao Paolo. En commençant par les peintres modernistes tels que Sharif Abboud et Saloua Raouda Choucair, il  a évoqué les formes de calligraphie, du traditionnel au contemporain, et ainsi que le développement de la photographie par des artistes iraniens, palestiniens et libanais.

 

ans_7294_w1k.jpg

Global Contemporary Art and Its Networks, Dar Al Hekma University, (left to right) Ahd Kamel (actress/director), Antonia Carver (art dubai), Alaa Edris (FACT, NYU),Judith Greer (Sharjah Art Found), Stephen Stapleton (EoA), Ahmed Mater (artist).
L’art contemporain global et ses réseaux, Dar Al Hekma University, (de gauche à droite) Ahd Kamel (actrice/réalisatrice), Antonia Carver (Art Dubai), Alaa Edris (FACT, NYU), Judith Greer (Sharjah Art Found), Stephen Stapleton (EoA), Ahmed Mater (artiste).

Le dernier panel de la journée, Institutions d'art contemporain au Moyen-Orient, est resté focalisé sur la région. Les panélistes invités étaient Antonia Carver, directrice d'Art Dubai, Judith Greer de la Fondation Sharjah Art, l'artiste Saoudien Ahmed Mater, Stephen Stapleton de Edge of Arabia et Ala Edris de FIND à NYU Abu Dhabi. Chaque intervenant a présenté son point de vue unique sur le développement des institutions d'art dans le monde arabe pendant la dernière décennie, avec l'idée unanime qu'une éducation plus artistique était une nécessité vitale dans la région. Cinéaste saoudienne et actrice, Ahd Kamel, souligne le manque d'institutions pour le cinéma en Arabie Saoudite, tout en s'engageant dans une discussion intéressante avec Mater sur les difficultés et les succès auxquels elle a dû faire face en tant qu'artiste dans le pays.

 

La journée s'est terminée par une séance de questions et réponses, qui a étendu la discussion et a permis à l'audience nombreuse et enthousiaste de poser des questions et de faire des commentaires critiques et difficiles aux intervenants.