Jaou Tunis

Jaou, Festival d'art organisé par Lina Lazaar pour célébrer les arts et la culture est à Tunis pour la deuxième fois. Le programme de cette année comprenait des expositions d'œuvres d'artistes régionaux, des visites de galeries et une journée de débat critique. Les galeries de Sidi Bou Said ont ouvert leurs portes aux visiteurs le soir du 9 mai, et cela fut suivi d'un cocktail pour les invités.

Les rencontres des Arts et de la Culture du Maghreb ont eu lieu au Musée national du Bardo le 10 mai, dans le cadre du programme du Festival Jaou. Pour sa troisième édition, la conférence a porté sur les centres d'art contemporain dans et autour du Maghreb, avec des intervenants de toute la région et au-delà, invités à examiner les activités et le développement de leurs institutions culturelles respectives.

  

Jaou Tunis 2014, visit of Ammar Farhat Galery (Sidi Bou Said). Image courtesy of Kamel Lazaar Foundation.

Jaou Tunis 2014, visite de la galerie Le violon bleu (Sidi Bou Said). Image avec l'aimable autorisation de la Fondation Kamel Lazaar

Jaou Tunis 2014, visite de la Galerie Salma Feriani (Sidi Bou Said). Image avec l'aimable autorisation de la Fondation Kamel Lazaar.

Jaou Tunis 2014, visite de la galerie El Marsa (la Marsa). Image avec l'aimable autorisation de la Fondation Kamel Lazaar.

Jaou Tunis 2014, visite de la galerie El Marsa (la Marsa). Image avec l'aimable autorisation de la Fondation Kamel Lazaar

La conférence a été ouverte par le directeur du Musée national du Bardo à Tunis, Moncef Ben Moussa, suivi d'une allocution de bienvenue de M. Kamel Lazaar, président de la Fondation Kamel Lazaar. Remerciant tous les participants, y compris ceux qui sont venus de loin pour assister à la conférence, M. Lazaar a continué en soulignant l'importance de la poursuite du dialogue et de discussion entre les pays de la région. M. Lazaar a noté que si certaines questions sont particulières au Maghreb, ce n'est pas, à proprement parler, un problème régional, mais un problème mondial qui touche toutes les institutions. L'ambition de ces conférences, a t-il ajouté, est de traduire ce contexte global en termes régionaux.

jaou2014_2nd-session-of-the-first-panel_w.jpg

Jaou 2014, deuxième session du premier panel, de gauche à droite: Faten Mehouchi, Adel Essandi, Bchira Triki, Mohamed Morabiti. Image avec l’aimable autorisation de la Fondation Kamel Lazaar.
Jaou 2014, deuxième session du premier panel, de gauche à droite: Faten Mehouchi, Adel Essandi, Bchira Triki, Mohamed Morabiti. Image avec l’aimable autorisation de la Fondation Kamel Lazaar.

Le premier panel de la journée a réuni des centres d'art du Maroc, d'Algérie et de France pour discuter de l'intégration culturelle et de la participation civique. Redha Moali de Daral-Ma'mûn de Marrakech, a discuté de la notion de citoyenneté au Maghreb par rapport aux pratiques créatives. Le centre d'art, selon lui, est une force vitale pour forger des identités et pour la participation de la société civile. Djamel Aissani du Musée national de l'eau en Algérie a pris ensuite la parole, suivi par Akila Goudjil de l' Association Rivages. Mme Goudjil a fait une présentation illustrée du programme de résidence qu'elle dirige à Marseille, qui donne aux artistes d'Afrique du Nord l'occasion de voyager et de développer leurs pratiques grâce à ces échanges.

 

Après une courte pause, trois panélistes se sont réunis pour poursuivre la discussion autour de la participation sociale et civique dans les arts. Adel Essandi a parlé des problèmes de politique publique au Maroc, et a appelé à une plus grande infrastructure culturelle à travers le Maghreb pour favoriser le développement humain et l'inclusion sociale. Adressant des thèmes similaires, Mohamed Mourabiti a décrit comment le village d'artistes Al-Maqam au Maroc anime  une résidence d'artiste au pied des montagnes de l'Atlas, en dépit d'un manque de soutien et de structure du gouvernement.

 

Mohamed Ben Soltane a continué avec un aperçu du travail effectué par le centre artistique B'chira en Tunisie. Cela a été suivi par Faten Mehouachi, directrice de la Maison des Arts de Tunis,  qui a décrit les activités culturelles de l'organisation, qui inclut la fourniture d'accès à l'éducation pour les artistes. Mohamed Mourabiti a partagé  une préoccupation similaire. D'une manière générale, les discussions au cours de la première moitié de la journée ont suscité un débat animé entre experts, ainsi que l'engagement et la participation de l'auditoire.

 

Après une pause déjeuner, l'attention s'est tournée vers l'art participatif et les espaces de création, lors d'une séance animée par la présidente de la FIAF, Marie-Monique Steckel. Vincent Puig du Centre George Pompidou, Institut de  recherche et d'innovation, a été rejoint par l'artiste marocain Hassan Darsi, qui s'interroge sur le rôle que l'art et les artistes peuvent jouer dans le changement social. Parmi les autres participants, figuraient Elizabeth Cestor du Musée des civilisations européenne et méditerranéenne (MUCem) et l'historien d'art Paul Vandenbroeck. La présentation de Vandenbroeck a donné un aperçu des pratiques de l'art moderne et contemporain au Maroc et en Tunisie de 1994 à 2014.

 

jaou2014_3th-panel_w.jpg

Jaou 2014, troisième panel, de gauche à droite: Anthony Downey, Marie Muracciole, Aaron Cezar, Dina Matar. Image avec l'aimable autorisation de la Fondation Kamel Lazaar.
Jaou 2014, troisième panel, de gauche à droite: Anthony Downey, Marie Muracciole, Aaron Cezar, Dina Matar. Image avec l'aimable autorisation de la Fondation Kamel Lazaar.

Le dernier panel de la journée, «Eduquer les futures institutions», a été organisé par Ibraaz (www.ibraaz.org) et a réuni l'expertise de trois directeurs d'institutions internationales: Aaron Cezar, directeur de la Fondation Delfina à Londres, Dina Matar, Directeur du Centre pour les médias et les études cinématographiques à la SOAS de Londres, et Marie Muracciole, le directeur nouvellement nommé du Beirut Art Center.

 

Anthony Downey, rédacteur en chef d'Ibraaz, a commencé par présenter le travail d'Ibraaz avant de donner la parole aux membres du panel, et a décrit le travail de chacun de leur dans leurs institutions respectives. Cezar a abordé la notion de résidences d'artistes et les possibilités de production collaborative que ces résidences peuvent produire. De même, Muracciole a analysé le futur de l'interaction des visiteurs avec le public dans la programmation de conservation du Beirut Art Center. En tant qu'éducateur, Matar a décrit le travail de l'École des arts de la SOAS à Londres, en tant que pionniers de l'étude interdisciplinaire et de la recherche et l'enseignement révolutionnaire.

 

Ces intervenants ont fourni un autre angle, plus général par rapport à la discussion sur les institutions d'art et sur l'infrastructure culturelle, tout en soulignant la nécessité d'une réévaluation constante, de développement et d'amélioration des centres d'art. Bien que les questions abordées tout au long de la journée furent variées et complexes, la plupart des intervenants se sont accordés sur l'importance de l'engagement des visiteurs et sur la participation de la communauté, ainsi que sur la nécessité pour les institutions d'être des espaces pour éduquer la population avec une vision globale.

 

Ibraaz a lancé sa septième plate-forme en parallèle avec Jaou Tunis, permettant d'examiner un grand nombre des questions abordées au cours du colloque, y compris l'avenir des institutions artistiques et des infrastructures dans le Maghreb et au Moyen-Orient. Les réponses aux questions posées lors de l'événement, ainsi que des essais, des entretiens et des projets d'artistes peuvent être lues ici. Suite à la conférence et au savoir qu'elle a généré, Ibraaz va créer un répertoire du réseau des institutions du Maghreb qui sera publié en 2015.

 

La journée de débat a été suivie par une soirée au Palais du Baron Erlanger, construit dans les collines de Sidi Bou Said, avec plusieurs événements musicaux. Un groupe de musiciens a interprété des chansons traditionnelles Ma'luf, originaires d'Afrique du Nord  dans un espace intérieur luxuriant, où les invités se sont rencontrés sur la terrasse surplombant la Méditerranée. Les visiteurs sont revenus le lendemain au Musée national du Bardo pour écouter le discours de clôture de conférence par M. Lazaar. Une visite des galeries de la banlieue nord de Tunis, où la galerie El Marsa avait organisé un brunch parmi les œuvres de Nidhal Chamekh, Fakhri El Gazel et Atef Maatallah, a également été organisée. Les participants ont ensuite eu l'occasion d'explorer d'autres galeries locales dont Le Violon Bleu et Selma Feriani qui a présenté le travail de deux artistes tunisiens, Hela Ammar et Raja Aissa.

 

Constatant que cette conférence et ses activités auxiliaires n'étaient qu'une goutte dans la mer, M. Lazaar et sa fille Lina, ont exprimé leur gratitude du fait qu'autant de participants aient assisté à l'événement. Tous les deux espèrent voir continuer le festival avec plus de succès pour l'année prochaine, lorsqu'il se penchera sur les questions autour de la création d'institutions de la région et de l'éducation dans les arts.

 

 

Programme de la seconde édition de Jaou Tunis

09 MAI 2014

17.00 Réouverture de la galerie ATYQUA - Art Islamique, Sidi Bou Saïd

18.00 Inauguration de GHAYA Gallery, Sidi Bou Saïd

20.00 Cocktail de lancement JAOU-Tunis 2014

(sur invitation: contact@elisabetatudor.com)

 

10 MAI 2014

3ème édition de la rencontre Art et Culture au Maghreb: Centres d'art contemporain et culture de proximité, Musée National du Bardo, Tunis

 

09.30 Marhaba de Moncef Ben Moussa, Directeur du Musée National du Bardo

09.45 Allocution de M. Kamel Lazaar, Fondation Kamel Lazaar

1ère table ronde : Centres d'art, culture intégrée et engagement citoyen

Modérateur: Moez Safta (Institut Supérieur des Beaux-Arts de Tunis)

 

10.00-10.45

— Redha Moali (Centre d'art Dar Al Ma'Mûn, Marrakech, Maroc)

— Djamil Aïssani (Complexe d'art au Musée de l'Eau de Toudja, à Bejaïa, Algérie)

— Akila Mouhoubi (Association Rivages, Marseille, France)

 

10.45-11.00 Pause café

 

11.00-11.45

— Adel Essadani (Abattoirs de Casablanca, Casablanca, Maroc

— Bchira Triki (B'chira Art Center, Sidi Thabet, Tunisie)

— Faten Mehouachi (Maison des Arts, Tunis, Tunisie)

— Mohamed Mourabiti (Résidence d'artistes Al Maqam, Maroc)

12.00-12.30 Discussion

12.30-13.45 Déjeuner

 

2ème table ronde: Art participatif et espaces de création

Modératrice : Marie-Monique Steckel (French Institute Alliance française, New York)

 

13.45-15.15

— Vincent Puig (Institut de Recherche et d'Innovation du Centre Georges Pompidou, Paris, France)

— Hassan Darsi (Atelier de la Source du Lion, Casablanca, Maroc)Zahia Rahmani (Institut National de l'Histoire de l'Art, Paris, France)

— Syhem Belkhodja (Ness El Fen, Tunisie)

— Paul Vandenbroeck (Musée Royal des Beaux-Arts d'Anvers, Belgique)

— Elisabeth Cestor (Musée des Civilisations de l'Europe et de la Méditerranée, MuCEM, Marseille, France)

15.15-15.45 Discussion

 

3ème table ronde: Educating future institutions (Recommandations pour les futures institutions)

Modérateur : Anthony Downey (Kamel Lazaar Foundation, Rédacteur en chef, Ibraaz, Londres)

15.45-16.45 Présentation du magazine Ibraaz par Anthony Downey

Débat avec:

— Aaron Cezar (Delfina Foundation, Londres,

Grande Bretagne)

— Marie Muracciole (Beirut Art Center, Liban)

— Dina Matar (Center for Media and Films Studies, SOAS, Londres, Grande Bretagne)

16.45-17.15 Discussion

 

11 MAI 2014

3ème édition de la rencontre Art et Culture au Maghreb: Centres d'art contemporain et culture de proximité, Musée National du Bardo, Tunis

 

4ème table ronde: Art et communication

Modératrices : Nadia Zouari (artiste-journaliste) et Alia Hamza (journaliste)

 

09.30-09.45: Cyrine Gannoun et Jihène Turki (Ministère de la culture)

09.45-10.00: Adel Hmida (collectionneur)

10.00-10.45: Débat avec les galeristes : Paolo Perrelli (Galerie Hope! Contemporary, La Marsa), Assya Hamdi (Galerie Le Violon Bleu, Sidi Bou Saïd), Aicha Gorgi (Galerie AGorgi, Sidi Bou Saïd) et Moncef M'sakni (Galerie Elmarsa, La Marsa)

10.45-11.00 Discussion

11.00 Clôture de la rencontre, M. Kamel Lazaar (Président de la Fondation)

 

TOURNÉE DES GALERIES DE LA BANLIEUE

La Marsa

12.00: Brunch à la galerie Elmarsa, vernissage de l'exposition

Survivances de Nidhal Chamekh, Fakhri El Ghezal et Atef Maatallah

14.00: La Marsa Hope! Contemporary, vernissage de l'exposition Heads 2 de Mourad Salem, Hela Lamine, Mehdi Bouanani

 

Sidi Bou Saïd

15.30:  AGorgi, Vingt sur Vingt, exposition personnelle de Ymen Berhoum

16.30:  Le Violon Bleu, Sur le fil, exposition personnelle de Hela Ammar

17.00: Selma Feriani Gallery, Reflection, exposition personnelle de Raja Aissa

19.00 Sunset Cocktail à la Villa Bleue, Sidi Bou Saïd

(sur invitation: contact@elisabetatudor.com)

 

Pour plus d'informations veuillez contacter : contact@elisabetatudor.com